H: Alors tu viens de te marier, non?

N: ouais, je me suis marié…

H: pourquoi t’as fait ça mec? Tu as toutes les filles que tu veux !!!

N: je me suis marié à Las Vegas jeudi.

H: oh, tu es fou.

R: ouais, la Petite Chapelle de je sais pas quoi.

N: La Petite Chapelle d’Elvis. Pourquoi, t’es marié toi?

H: oui mais je me suis marié avant d’être connu. Je ne savais pas ce que je faisais. J’avais 19 ans.

N: eh bien…

H: je suis un foutu vieillard maintenant.

N: ah, c’est pas grave.

H: j’ai 40 ans et des poussières.

N: ouais mais il faut se marier, non?

H: ouais mais écoute moi.

N: au moins une fois, sinon tu ne peux pas connaitre les joies du divorce, pas vrai?

H: exact. Tu veux essayer le divorce. Tu veux tout essayer !

N: hé, il faut essayer… Ma mère me disait toujours d’essayer tout ce que je pourrais essayer.

H: tu réalises combien de supers chansons tu pourrais écrire sur le divorce.

N: oh, absolument.

H: tu crois que ces chansons d’amour sont bonnes, mec, mais attends de passer par le divorce, elles seront pleines de colère.

N: ouais, les chansons de rupture sont toujours les meilleures.

H: cette chanson (Noel vient de chanter Wonderwall) parle de ta femme?

N: oui, oui. Je l’ai écrite il y a 2 ans quand elle était ma petite amie.

H: à chaque fois que j’entends cette chanson, je pense à une fille en particulier.

N: je prenais du Prozac à cette époque.

H: oh, vraiment? C’est comment?

N: c’est bien.

H: qui t’y a initié?

N: pardon? La maison de disque.

H: ils t’ont mis au Prozac. Et c’est toi le frère normal.

N: ouais, c’était facile.

H: pourquoi ils t’ont dit de prendre du Prozac?

N: parce que j’étais pire que mon frère avant de prendre du Prozac, mais maintenant, ça va.

H: tu en prends toujours?

N: absolument.

H: oh alors tu prends du Prozac, bien. Je ne veux pas que tu me sautes dessus.

R: tu en as pris là?

N: ouais.

H: tu pourrais toujours écrire de bonnes chansons sous l’emprise du Prozac?

N: peut-être !!!

H: beaucoup d’entre…

N: arrête de me poser des questions !

H: beaucoup d’entre nous prenons du Prozac et devine qui? Enfait quelqu’un m’a appelé, il y a deux semaines, quelqu’un de très connu… ils m’ont entendu à l’antenne et apparemment je n’étais pas très clair. Tout le monde sais que je prends du Prozac depuis deux ans et c’est très bien.

R: oui, c’est ce qu’ils disent, que cela peut même rendre les choses meilleures.

H: ouais, à ce qui paraît…

N: en fait, je ne faisais que plaisanter tout-à-l’heure.

H: oh je vois.

N: c’est juste mon sens de l’humour anglais, désolé.

H: bon , alors tu n’as pas pris de Prozac, là?

N: non, non.

H: tu es le frère normal. Ton frère en prend?

N: oh, il prend de tout.

H: comment il va?

R: il est ici? Pourquoi il n’est pas venu?

H: allez, dis la vérité.

N: parce qu’il n’est pas rentré avant 6 heures ce matin. Il a dû renter il y a 2 heures environ, ivre.

R: oh.

H: ivre, ouais.

N: ivre avec la main sur les fesses de quelqu’un, d’une fille à qui il aura pincé les fesses la nuit dernière.

H: donc ton frère est sorti se saouler hier soir, et il n’y a aucun moyen pour qu’il se lève ce matin.

N: non, non.

H: eh bien ça doit être impossible. Franchement.

R: alors il faut que tu assures tous les rendez-vous?

N: ouais, mais je gagne tout l’argent, alors…

H: exact, parce que tu écris tous les morceaux, c’est ça?

N: oui, bien sûr. Je fais tout et je gagne tout l’argent.

H: il faut que je sois honnête avec toi: quand tu chantes une chanson, c’est aussi bien chanté que par ton frère.

R: à quoi diable te sert-il?

N: c’est ce que je dis depuis des années.

H: vire le.

N: je le dis depuis des années mais la maison de disque nous a fait signé ce contrat et je ne peux pas.

R: oh alors tu dois te le coltiner.

N: je ne peux pas le virer avant 21 ans.

H: mec, vire le.Tu n’as pas à te laisser emmerder. Tu n’es pas sa baby-sitter à ce que je sache?

N: si je le suis.

H: en d’autres termes, est-ce-qu’il contribue à quelque chose dans la création d’une chanson?

N: ouais, bien sûr qu’il y contribue.

H: oh, il y contribue.

N: eh bien… c’est que… en fait, il n’aime pas écrire des paroles ou des trucs du genre. Sa seule contribution à un disque qui va sortir est de rajouter ‘yeah, yeah, yeah’.

H: ouais, quelle contribution.

R: mais ça fait la chanson.

N: ce sont des paroles profondes.

H: ouais, tout est dans la façon de le chanter.

N: je sais. (Noel imite la voix fe Liam) ‘j’ ai ces paroles là, ça va sonner génial mec’, alors je lui demande ce que c’est et là il me fait (Noel chante): ‘yeah, yeah, yeah ‘.

H: whaouh.

A suivre…